News

Projet porteur ‘santé mentale et vieillissement’

09/12/2020

L’objectif de la recherche menée dans le cadre du thème porteur de la Fondation Brugmann « Brief Interventions for Sleep in Elderly Patients » (BISleEP) » est d’une part d’étudier le sommeil des patients âgés hospitalisés via polysomnographie et auto-questionnaire et d’autre part observer les effets d’une prise en charge non-pharmacologique sur le sommeil de cette population.
Le sommeil subit des modifications au cours de la vie. Avec l'âge, ces modifications se manifestent par une tendance polyphasique (le sommeil qui se réalise à plusieurs moments sur la journée) et une diminution du sommeil lent profond et paradoxal ainsi qu'une fragmentation du sommeil plus importante (caractérisée par des éveils fréquents au cours de la nuit). En plus de ces modifications naturelles liées à l'âge, les conditions d'hospitalisation altèrent de surcroît ce sommeil en fragilisant davantage sa continuité et en diminuant (voir supprimant) la quantité de sommeil lent profond et paradoxal. En effet, ces conditions d'hospitalisation sont bien souvent caractérisées par une immobilisation du patient qui diminue la pression de sommeil qui occasionne notamment une latence d'endormissement plus longue. Aussi, la prise d'hypnotique durant l'hospitalisation est associée avec un déclin cognitif pouvant altérer également le sommeil.
La polysomnographie est la technique médicale la plus reconnue à l’heure actuelle dans l’analyse du sommeil. C’est un examen médical enregistrant plusieurs variables physiologiques simultanément telles que l’activité cérébrale, les mouvements oculaires, le rythme cardiaque, l’activité respiratoire et musculaire. L’enregistrement de ces différentes composantes permettent d’analyser le sommeil sur des critères objectifs et ainsi d’obtenir des données caractérisant le sommeil telles que le temps de sommeil total, le temps passé dans les différentes stades de sommeil (les phases d’éveil, le sommeil lent léger, le sommeil profond et le sommeil paradoxal…). C’est également la polysomnographie et son interprétation qui permettent de poser des diagnostiques sur les différents troubles du sommeil (syndrome d’apnée du sommeil, trouble du comportement en sommeil paradoxal, insomnie, narcolepsie …).
La prise en charge non-pharmacologique proposée durant cette étude est une intervention thérapeutique comportementale et psycho-éducative inspirée de la thérapie cognitivo-comportementale de l’insomnie (TCCi). La TCCi est communément utilisée dans ce contexte et ses effets sont reconnus par la communauté scientifique. Globalement, il s’agit de diminuer certains comportements pouvant nuire au sommeil (tels qu’une mise au lit, souvent trop tôt, non-adaptée aux besoins homéostatiques du patient, la consommation de caféine et la réalisation de sieste après 17h …).
Peu d’études se sont actuellement penchées sur l’analyse objective du sommeil via polysomnographie des personnes âgées hospitalisées combinée à une prise en charge comportementale de ce sommeil au sein de l’hospitalisation. Il est également admis que les troubles du sommeil rencontrés chez cette population sont fréquents et que les conditions d’hospitalisation peuvent nuire à ce sommeil. Ces différents arguments sont les moteurs motivationnels de cette étude.
La présente étude a été conçue en collaboration avec le Dr. Sophie Levy, Médecin en formation complémentaire de Gériatrie, service de Gériatrie de l’hôpital universitaire Brugmann, et Mr. Maxime Windal, MPsy, sous la supervision du Prof. dr. C. Kornreich, O. Mairesse, M. Surquin et F. Benoit. Mr. Windal est actuellement financée par la Fondation Brugmann jusque fin 2021. Nous recherchons un soutien supplémentaire de 1 à 2 ans pour un mandat de recherche à 1 équivalent temps plein jusqu'à la fin du projet.